Quand Badja Place #2 de Undroni  Interpelle les consciences !

 

Samedi 1er Avril 2017 à 20 heures s’est tenue place Mbwapvwani (lire Mboivoini) dans le quartier de Badjanani à Moroni, une exposition -spectacle, organisée par Undroni (Oudroni), dans le cadre du programme co-initié par le CCLB et la structure Washko Ink. Cette manifestation qui s’est déroulée du 29 au 02 avril 2017, intitulée Badja Place #2, fait suite au chantier initié par Soeuf Elbadawi en étroite collaboration avec le Centre Culturel et de Loisir de Badjanani, à Moroni, en faveur de l’éveil culturel dans le quartier de Badjanani. Badja Place # 1 avait été lancé avec la participation du poète et dramaturge Suisse Jérôme Richer fin novembre 2016, où il a donné une performance à la place mythique de Baïdi toujours à Badjanani.

La chaleur ambiante de cette nuit lunaire, n’a pas empêché, au public d’occuper la place de Mbwapvwani, où la cérémonie de Badja Place # a eu lieu. Ce soir-là, c’est plutôt les enfants qui ont occupé les premières places, devant une centaine de convives ayant pris place.  Etaient présent aussi quelques écrivains  faisant parti du public. Des passants happés par l’événement inédit s’invitaient au fur et à mesure que la prestation évoluait.

La soirée a débuté à 20 heures par une exposition de photos d’auteurs en pleine lecture de leurs textes, imprimé sur bâches, et fixées sur les murs des maisons adjacentes, sous les projecteurs.

Du sentiment  mythique à la tendance mystique

Puis s’en suivra, le chant  de cantiques musulmanes et en langue arabe jaillissantes  de la profondeur de la nuit, par 04 personnes en boubous blancs, comme pour bénir l’évènement, ou bien peut être proscrire un mal qui frappe quelques âmes égarées.

Ces incantations ont émerveillées le public, dont certains d’entre nous  ont estimé que c’est une bonne chose en soi, de voir des textes mythiques aussi prestigieux parvenir au commun des comoriens pour enrichir le patrimoine immatériel des îles de la lune, comme d’ailleurs l’a si bien fait la chanteuse comorienne Nawal avec des textes mystiques dans son répertoire musical.        Ce qui l’a conduit à être invité à jouer en Iran  et aux USA. De même tant d’autres avant elle, à l’instar de Jacques Higelin, Bernard Lavilliers dans la musique rock ; ou encore Léo Ferré, Jean Ferra, Mouloudji, dans la variété française, ont mis en valeur des textes antiques ou des auteurs de renoms comme : Aragon, et Paul Eluard pour ne citer que ceux-là.

Au pas de caméléon comme dans un conte de fée

La surprise de la soirée sera marquée par l’apparition d’un jeune homme, dont le corps a été peint des couleurs bleue, blanc, rouge , et venant de nulle part, en  tenant à hauteur de  poitrine un coq.

Quelques enfants par peur, prendront la poudre d’escampette, en le voyant venir devant eux. En effet, le jeune homme, au pas de caméléon a évolué au travers de cette place, dans un monologue pamphlétaire, contre ceux qui démissionnent de leurs responsabilités patriotiques, ceux-là qui semblent faire fi à leurs consciences, ceux qui ont vendu leur âme au diable, jusqu’à sacrifier tout ce pourquoi, nos aïeux se sont battu !

 Avec talent le jeune prendra soin de tourner le dos aux trous faits aux murs de la place, en y revenant si souvent à ce mur de trous, sans s’y adosser. Comme pour donner l’impression que l’histoire de ce pays ressemble à ce mur troué, et que l’intelligentsia comorien  dans la peau du caméléon souffre de trous de mémoire. Le jeune homme dans son tricot sans manche et sa culotte, repartira comme il est venu avec son coque collé à la poitrine tout en questionnant la nuit de ce que sera fait l’avenir et du fin fond de la nuit en quittant la place, ses dernières pensées lui rappellerait probablement  Pierre Corneille (1606-1684), qui disait  que ‘’ mourir pour le pays n’est pas une triste sort, c’est s’immortaliser par une belle mort’’.

Pour l’initiateur de cette soirée, Soeuf Elbadawi, ces incantations sont autant des poèmes ‘’abyates’’ et que l’objet d’une telle prestation, serait de déplacer la  scène culturelle  dans la rue afin  de le rapprocher du public, pour conscientiser bon nombre de personnes de l’intérêt de la valoriser.

                                                                                          MAB Elhad                                         htttp://mabelhad.iggybook.com

                                                            https://www.flickr.com/photos/mab_elhad/

                                                                        Fluidr / Mab_Elhad’s sets

http://www.fluidr.com/photos/mabelhad/sets

Publicités

Une réflexion sur “Quand Badja Place #2 de Undroni  Interpelle les consciences !

Les commentaires sont fermés.