Á Mhayi Sur la place Bangweni M’tsangani

T’en souviens-t-il de notre enfance,
Quand happé

par nos superstitions
Nous nous rendions place Mhayi ?

Nous fûmes pris par nos croyances,
De vouloir chasser la malédiction,
En allumant hélas un feu de paille !

Ce fut le temps de nos insouciances,

Veillée poétique pour la cause mahoraies
Veillée poétique pour la cause mahoraies

Où l’imaginaire nous offrait le génie,
Et l’adulte entretenait nos fantômes.

Mhayi fut notre divine inconscience,
Elle qui des années durant fut bénie,
Prétendant connaître nos symptômes.

Concordance de circonstances divine,
Ou consistance à satisfaire le présage,
Pour mieux chatouiller nos illusions ?

Toujours est-il que notre espoir dessine,
Le rêve que l’aube rafraîchi et dévisage !
Pour mieux faire de nos belles illusions.

T’en souviens-t-il de nos douces errances,
Nous vivions d’espoir et cru aux miracles,
De voir nos rêves se concrétiser à l’aube.

Souvent nous avons pris à mal la patience
Et parfois avons confondu Mhayi à l’oracle,
Pour nous faire prendre au jeu de la daube.

Moroni le 16 Décembre 2016
MAB Elhad

Publicités