Le regard biaisé du poète atypique

MABElhadAFMoroni_73Ph.Abdéré Junior

Après un séjour littéraire au Restaurant L’Épié d’or et l’Alliance Française de Dar Es Salam; MAB Elhad nous est revenue pour une conférence de presse qui s’est tenue à l’Alliance française de Moroni, sous la présidence de l’écrivain SAST, MAB Elhad a fait un tour d’horizon de son nouveau recueil avant de répondre aux questions du publique.

Retraité de la l’armée comorienne au grade de Lieutenant, et après 22ans de carrières sous les couleurs de la Gendarmerie nationale, MAB Elhad a connu un parcours atypique, qui l’a conduit à embrasser une carrière civile, allant de la fonction de 1er Adjoint à la Mairie de Moroni à celle de Préfet du Centre de la Grande Comores en 2009 ; puis de Conseiller en sûreté et sécurité de l’ancien  Gouverneur Mohamed Abdouloihab, et du Ministre de l’intérieur Mr. Hamada Abdallah 2010 à 2012 ;avant  que le Président de l’Union le nomme Coordinateur National de la Sûreté et de la Sécurité aéroportuaire puis depuis 2 ans à la destinée de la Direction Nationale de la Documentation et à la Protection de l’Etat (DNDPE) à la Présidence de l’Union.

De Kaulu la mwando à Regard biaisé

12 ans après sa première  publication poétique, ‘’Kaulu  la mwando’’en mars 2004,et sa présence sur quelques anthologies parues en France et dans l’Océan indien, le poète nous revient avec un nouveau recueil  ‘’ Regard biaisé’’. Son précedant recueil lui a donc gratifié de l’honneur de figurer sur les billets de banques comoriens notamment sur les coupures de 1000 et ceux de 2000 francs comoriens.

Ce sera son célèbre ‘’Uwawa’’ poème en langue comorienne qui le révélera sur la scène internationale, avec le concours d’artistes tels que : Soumette et sa structure théâtrale  Djumbe, mais aussi Annabel Cateaux ainsi que le Idrisse dit ‘’Sans blagues’’ et sa troupe Bahari, la troupe Amie de Hahaya, qui ont tous joué ou mis en valeur ses textes, au-delà de nos frontières, respectivement en europe et en Afrique. Aujourd’hui des extraits de ‘’Kaulu la mwando’’qui ne figure pas au programme nationale de l’éducation fait des intruisions dans certaines écoles et parfois  même jusqu’à l’université des Comores. Le recueil Kaulu la mwando a connu son apogée en propulsant son auteur sur la scène internationale  et du coup faisant de MAB Elhad le Délégué aux Comores de l’Union des poètes francophone grâce à l’association internationale ‘’Rencontres Européennes’’ Euro poésie.

Son deuxième recueil, vient de paraitre, et porte ce regard qui semble biaisé sur la société comorienne, ses croyances et ses mentalités comme dans ce poème ‘’Msomaly’’ d’une part ; mais nous emporte  à la découverte de ces endroits mythiques chers à l’auteur dont Moroni et Iconi d’autres part à en croire les photographies.

Poète mais aussi photographe et artiste calligraphe, MAB Elhad a signé plusieurs expositions, au niveau national, régional et international. C’est ainsi qu’il a tenu à illustrer son recueil par un calligramme et quelques photos de ses œuvres pour identifier les lieux de ses inspirations. Au travers de l’ensemble de ses poèmes, l’auteur scrute certaines mentalités et croyances, et promène le lecteur à travers certains sites touristiques méconnus tels que la place ‘’Magawashi’’. Ce qui démarque Regard biaisé de Kaulu la mwando, c’est d’abord l’exercice de style auquel l’enfant de M’tsangani a opté notamment dans un ‘’ haïku pour Moroni at night’’ ou encore  dans  ‘’l’air du temps’’ sur Iconi auquel MAB Elhad a osé une figure de style poétique en l’occurrence le ‘’Lai’’ qui remonte au XIIès et qui n’est plus de cour et auquel le poème peut se lire dans tous les sens.

HALED .A 

Le Regard biaisé d’un poète atypique

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Le regard biaisé du poète atypique

Les commentaires sont fermés.