Veillée poètique pour  »Mayotte comorienne »

Veillée poétique pour la cause mahoraies
Veillée poétique pour la cause Maoraise

 

Mis à jour : il y a 7 secondes · Lieu : Moroni Place de l’indépendance

Dans la nuit du 11 au 12 Novembre, une foule nombreuse à assisté sur la place de l’indépendance, à la commémoration de la journée Mahorais, qui marque de surcroît l’accession des Comores dans le giron des nations,celle là même que l’Ex-Président français,Le Général De gaule a qualifié de machin en l’occurrence les Nations Unies.
La soirée a été animée par le Mouvement Mahorais avec un programme fait de veillée poétique, complété par des sketchs et des slams, sur le thème essentiel de la revendication de l’île Comorienne de Mayotte.
Hormis le Dr.Mbaye Toyb Président du Comité Maorais et l’Avocat Elanyou, bon nombre de partisans de ce mouvement a brillé par son absence sur la place de l’indépendance ce soir là.
Que ce soit pour les poèmes ou pour le slam, le contenu du discours a été très engagé, par cette jeunesse qui est en perpétuel questionnement face à un problème politique qu’elle s’est approprié, dans cette guerre de salive, accusant leur aîné et la scène politique de complaisance et d’hypocrisie; à l’exemple de cette jeune femme en challe vert qui a dans son poème plaint ces  » peaux noirs au masques b181-Journée Maore DSC_0149 (171)lancs » qui affirme telle : un pied ici et l’autre la bas/ avec nous le jour et chez eux à la nuit tombé…..Un verbiage accusateur de la majorité des intervenant comme cet albinos qui se met en question et avec un doigt accusateur affirme que avant le retour de Mayotte est conditionné par la gestion de l’eau et de l’électricité.
Le thème de la prévention contre le départ à Mayotte sur des vedettes fortune n’a pas été oublié, et c’est ainsi que à bord d’une brouettes des candidats à l’aventure ont embarqué sur la place de l’indépendance avant de chavirer pour illustrer le sort réservé à ceux qui embarque sur les Kwasa Kwasa, quand à ceux qui parviennent sur Mayotte ont a vu comment ils sont chassé par les services de l’ordre.
Reportage réalisé avec mon Nikon 7000 et deux optiques.
Publicités